Saigon Après La Libération 2

CHAPITRE 18 (II)

Le lendemain, il est devant le Consulat de France dès 5 heures du matin. Malgré cette heure si matinale, une quinzaine de personnes est déjà là. Quand le công-an de service prend sa place dans la guérite et commence à classer les dossiers suivant l’objet de la demande, T.T. demande au policier de classer à part son dossier qui concerne ... Read More »

CHAPITRE 18

LA PORTE ETROITE DU CONSULAT DE FRANCE A HO CHI MINH VILLE Seuls les avions de la Compagnie Air France sont autorisés à atterrir à Tân Son Nhut, l’aéroport international de Hô Chi Minh Ville. Pour prendre place dans un courrier d’Air France à destination d’un autre pays que la France, le Service des visas de sortie du nouveau régime ... Read More »

CHAPITRE 17 (II)

Au marché pratiquement intact, N.H. rencontre L., un ancien infirmier de l’hôpital militaire de Xuân-Lôc dont la femme est actuellement sage-femme à la maternité de la localité. Comme tous les sous-officiers de l’armée du régime déchu, il a passé six mois dans un camp de rééducation. Depuis sa libération, il cultive quelques ares de terrain autour de sa maison. Devant ... Read More »

CHAPITRE 17

SUR LA ROUTE DE HO CHI MINH VILLE – LONGKHANH (JUIN 1979) Après la prise en main du Sud-Viêtnam, les nouvelles autorités décident que ceux qui désirent retirer leurs avoirs déposés auprès des banques de l’ancien régime, doivent fournir la preuve qu’ils n’ont contracté aucune dette vis-à- vis des établissements de crédit situés dans les différentes localités où ils ont ... Read More »

CHAPITRE 16 (III)

Avec la chute rapide de Langson, tombe le dernier obstacle sérieux sur la route de Hànôi. Cette défaite est un coup formidable porté au moral des bô-dôi et de la population du Nord ; elle ébranle leur confiance indiscutée jusqu’alors dans le régime édifié par l’Oncle Hô. Un vieux membre du Parti, V.V., originaire du Sud, est chargé d’organiser le ... Read More »

CHAPITRE 16 (II)

Dans la province de Darlac, sur les hauts plateau du Centre-Viêtnam, les autorités provinciales reçoivent l’ordre d’aménager d’urgence des locaux pour recevoir les services du gouvernement au cas où Hànôi doit être évacué. Dans le Sud, à la gare de Binh-Triêu nouvellement aménagée à 15 km au nord de Saigon pour recevoir le train direct Hànôi-Hô Chi Minh Ville, débarque ... Read More »

CHAPITRE 16

LA LEÇON DE PEKIN Très peu de temps après la prise de Saigon, l’entente fraternelle entre Hànôi et Pékin, née pendant la longue lutte contre les Français et les Américains, commence à se détériorer. Très fier de ses succès, Hànôi refuse toute concession aux desiderata de Pékin, notamment en ce qui concerne les relations russo-viêtnamiennes. La suppression du commerce en ... Read More »

CHAPITRE 15 (IV)

La guerre contre le Cambodge est très impopulaire auprès de la jeunesse, aussi bien dans le Nord que dans le Sud. Les jeunes appelés qui ne se présentent pas à leurs unités, représentent plus de 50 % du contingent, chiffre moyen souvent dépassé, malgré une propagande poussée à son paroxysme. Au début de 1979, pour étoffer les unités opérant dans ... Read More »

CHAPITRE 15 (III)

Quelques mois après la chute du régime de Saigon, le personnel (médecins, pharmaciens) de l’hôpital de Binh- Duong doit suivre, pendant six mois, des cours de rééducation dans un camp spécial. Une fois libérés, ils reprennent leur travail. Mais au bout de quelques semaines, ils sont tous licenciés (mars 1976). Dès les premiers jours de l’invasion du Cambodge, ils sont ... Read More »

CHAPITRE 15 (II)

D., membre du Parti depuis 1945, se trouve dans ce cas. Installé depuis sa démobilisation en 1976 dans un petit village tranquille dans la région de Cho-Gao, il est si abattu à la réception de l’ordre de mobilisation qu’il est admis à l’hôpital provincial pour dépression grave. Il avoue à son médecin traitant qu’il doit se rendre dans la région ... Read More »