Saigon 4

CHAPITRE XVI part 3

La balle avait sans doute traversé le poumon ou quelque gros vaisseau ; le sol était arrosé de sang à droite et à gauche. Enfin, au bout de soixante mètres environ, nous trouvâmes le corps ; quelques convulsions l’agitaient, et de crainte d’un dernier accès de rage qui pouvait être fatal à l’un de nous, D*** lui tira le coup ... Read More »

CHAPITRE XVI part 2

Je ne trouvai à Tayninh que fort peu de Français ; parmi eux j’aime à citer M. D***. C’est un homme qui, venu dans la colonie fort pauvre, y a fait hon¬nêtement sa fortune dans le commerce des bois ; on sait combien il y a de précieuses essences dans les forêts de la Cochinchine orientale. C’est un chasseur forcené, ... Read More »

CHAPITRE XVI

Grâce au bon accueil que je leur fais, ma case est décidément devenue le rendez-vous de tous les chasseurs du pays ; ils prennent la douce habitude de venir y boire le matin, en revenant du marché, leur verre d’absinthe ou leur tasse de thé. Cette sorte de cour plénière que je tiens m’apprend beaucoup à connaître ces races, leurs ... Read More »

CHAPITRE XV part 4

Une seconde espèce, rouge aussi, mais extrême¬ment petite, habite les maisons : c’est le con kien lua ou \a fourmi de feu des Annamites. Sa morsure est encore plus cruelle peut-être que celle de la première espèce. C’est elle qui fait la police de nos demeures, en dévorant toutes les bribes de victuailles qu’elle peut atteindre. C’est elle aussi qui ... Read More »

CHAPITRE XV part 3

Sur la cime des plantes des prairies, les sagres, énormes coléoptères aux pattes postérieures très fortes, bien qu’ils ne sautent pas, et garnies de piquants très développés, montrent leurs belles couleurs cuivrées, bleu violacé ou purpurines ; à côté d’eux, on trouve une espèce de longicorne assez petite, de couleur bleuâtre, avec une mince bande jaune, et parfumée d’une odeur ... Read More »

CHAPITRE XV part 2

Les indigènes, au courant de mes goûts, m’appor¬taient beaucoup de reptiles ; j’en recevais surtout des Annamites qui les redoutent moins que les Cambodgiens et les Tiams et les prennent presque toujours avec un nœud coulant au bout d’un long bambou. Un jour, un jeune drôle de douze ans à peine traîna plutôt qu’il ne porta à ma case un ... Read More »

CHAPITRE XV

Une après-midi, je dormais encore sur ma natte du doux sommeil de la sieste lorsque j’entendis frapper à la porte de ma case. Je me lève, et vois un brave chasseur indigène qui m’avait apporté déjà maintes têtes de bœufs, et qui venait m’avertir qu’il était sur la piste d’un con dinh, bœuf sauvage gigantesque, très voisin du bos frontalis, ... Read More »

CHAPITRE XIV part 3

Au milieu du jardin, j’avais fait creuser un bassin où vivaient de nombreuses tortues d’eau douce, entre autres des cuora amboinensis (con rua nap des Annamites) : curieux chéloniens à plastron divisé en deux par une charnière, et d’énormes trionyx cariniferus (con cuo dinh), tortues à carapace molle sur les bords, et ayant un cou très long avec lequel elles ... Read More »

CHAPITRE XIV part 2

Dans ma chambre à coucher vivait un autre petit singe, le semnopithèque maure (con bac may), enfant gâté et très caressant. Tout son corps était couvert d’un fin duvet jaune d’or, excepté sa face, ses mains et ses pieds, qui étaient absolument noirs. Mon boy avait coutume de dire de lui : « Lui connaître tout, même chose annamite ». ... Read More »

CHAPITRE XIV

J’allais presque tous les matins au marché où je contemplais les diverses races humaines qui se donnent rendez-vous à Tayninh. J’y voyais assez souvent des Cambodgiens ; leur taille relativement haute, leur teint foncé, leur maxillaire inférieur épais et lourd, leurs cheveux coupés en brosse, et par-dessus tout leur air de sauvagerie passive, leur donnent une allure tout à fait ... Read More »