Saigon 3

CHAPITRE XI part 2

Les moustiques du canal me firent au retour le même accueil empressé qu’à l’aller. Je jette un voile sur ces cuisants souvenirs. Enfin, le canal s’élargit et nous entrâmes dans le Mékong. Bientôt, nous touchâmes Chaudoc. Sur les deux rives du fleuve, mais surtout sur la rive droite, s’échelonnaient les innombrables huttes annamites, et au-dessus d’elles on apercevait les murs ... Read More »

CHAPITRE XI

Cependant, le moment approchait où je devais quitter Hatien pour aller visiter l’est de la colonie ; avant de laisser pour toujours ce coin extrême de l’ouest de la Cochinchine, je fis un voyage à l’île de Phu-Quoc, véritable perle du golfe de Siam dont peu d’Européens certainement connaissent l’existence. La faune en est extrêmement intéressante, et, chose rare, ne ... Read More »

CHAPITRE X part 4

A cette époque m’arriva une aventure qui aurait pu me coûter cher, et que je raconte en détail pour montrer certain danger que l’on peut courir en Cochinchine. Le 20 juin 1873, je faisais la sieste lorsque des ouvriers qui réparaient le fort trouvè¬rent, en descellant une vieille pierre branlante, un serpent d’une assez forte taille, enroulé sur lui- même ... Read More »

CHAPITRE X part 3

Vient enfin une pièce immense. Elle est presque exactement carrée. Là s’élèvent, au milieu de quelques grands arbres, plusieurs tombeaux ou constructions commémoratives. Le plus haut, élevé en l’honneur de Maqueuou lui-même, est formé d’assises successives diminuant d’ampleur de la base au sommet. Malheureusement, cet édifice, bâti en mauvais stuc, est bien détérioré par le soleil et l’eau du ciel. ... Read More »

CHAPITRE X part 2

Les distractions étaient rares à Hatien ; cepen¬dant, au milieu de cette boue, j’ai passé quelques bonnes heures, et je suis redevable de quelques- unes à un tout petit animal : le poisson de combat. Appelé par les Annamites con ca tia-tia et par les Cambodgiens tréi-kram-tioul, ce curieux poisson existe dans presque toute la Cochinchine. À Hatien, on allait ... Read More »

CHAPITRE X

Je m’étais lié avec l’agent de la ferme d’opium, B…, excellent garçon avec lequel je dînais souvent, et qui me donna sur l’opium, cette branche importante de nos revenus en Cochinchine, les renseignements les plus précis. Les fumeries ne sont pas, dans notre colonie, ce qu’elles sont souvent en Chine, somptueusement et voluptueusement organisées. L’opium est chez les Annamites plutôt ... Read More »

CHAPITRE IX part 3

Cette caverne traversait le bloc dans toute son épaisseur, et je vis çà et là de petites cryptes assez profondes, à ouverture à peine assez large pour laisser passer le corps d’un homme ; la tradition en fait d’atroces oubliettes. Quand je fus arrivé sur l’autre face, et installé sur une petite corniche que j’y rencontrai, la vue qui se ... Read More »

CHAPITRE IX part 2

Chaque Annamite garde pour ces jours bienheu¬reux l’argent de plusieurs mois et le dépense en conscience. Le plus souvent une troupe ambulante vient, du moins dans les principaux centres, offrir son concours aux réjouissances générales. À cette époque, précisément, il en vint une à Hatien. Comme ce sont les riches qui font à tour de rôle les frais de ces ... Read More »

CHAPITRE IX

Peu de jours après notre arrivée à Hatien, le 29 janvier, j’eus l’occasion d’assister à la fête du Têt ou jour de l’an annamite. Les pratiques du culte de Bouddha et le culte des mânes des ancêtres, la crainte du diable, ou Maqui, et les bruyantes mani¬festations de la joie populaire s’entremêlent singu¬lièrement pendant la célébration de cette fête. Elle ... Read More »

CHAPITRE VIII part 3

Après m’être installé dans une case entourée de marais, je visitai en détail ce coin extrême de notre colonie. Un des traits caractéristiques de la physio¬nomie d’Hatien est ce qu’on appelle « la Venise ». C’est une longue rue presque droite dont les maisons sont bâties dans la boue du goulet qui unit le lac à la mer. Afin de ... Read More »